31 décembre 2008

3-1-2009 AMSTERDAM DEMONSTRATIE VOOR GAZA


31/12/2008

Landelijke demonstratie tegen de Israelische aanval op Gaza

PERSBERICHT

Amsterdam, 31 december 2008

Landelijke demonstratie tegen Israëlische aanval op Gaza- Stop de Israëlische oorlogsmisdaden tegen Gaza- Stop de Nederlandse medeplichtigheid- Vrijheid voor PalestinaZaterdag aanstaande zal in Amsterdam een grote demonstratie plaatsvinden tegen de aanhoudende bombardementen op Gaza, waarbij tot nu toe al honderden Palestijnen het leven lieten en vele honderden meer gewond raakten.Een brede coalitie van Palestijnen, Joden, moslims, socialisten en verschillende solidariteitsgroepen roept op tot deze landelijkedemonstratie.
Voortzetting van de Israëlische aanvallen, waarvan deIsraëlische legerleiding zei dat ze 'nog maar het begin' zijn, zalonvermijdelijk leiden tot nog meer burgerslachtoffers en verdereescalatie.De organisatoren van de demonstratie - onder wie zowel de verschillende organisaties van Palestijnen in Nederland als Een Ander Joods Geluid, socialistische organisaties en de grote overkoepelende organisaties van Turkse en Marokkaanse moskeeën Milli Görus en de Raad van Marokkaanse Moskeeën Nederland - roepen daarom op tot een onmiddellijke beëindiging van het offensief door Israël en pleiten voor opheffing van de blokkade die de bevolking van Gaza al maandenlang afsnijdt van voedsel en medicijnen.
Ook roepen zij de Nederlandse regering op om de stilzwijgende goedkeuring voor de Israëlische acties om te keren in een openlijke en duidelijke veroordeling.

Tegelijk met de protestmars in Amsterdam wordt ook elders in de wereld gedemonstreerd, onder andere in Londen.

Landelijke demonstratieZaterdag 3 januari 2009 13.00 uur Museumplein Amsterdam

Perswoordvoerders:-
Wim Lankamp (Nederlands Palestina Komitee): 06-28916795-
Pepijn Brandon (Internationale Socialisten): 06-24751961Meer

informatie:www.palestina-komitee.nl

30 décembre 2008

كل عام والجالية بخير


بمناسبة حلول العام الهجري الجديد 1430 نتقدم لكم بتهانئنا الخالصة ومتمنياتنا الصادقة بالصحة والعافية
وكل عام وأنتم بخير

24 décembre 2008

نداء




وقعوا أيها الديمقراطيون في كل مكان من فضلكم هذه العريضة و عبروا عن آرائكم في المكان المخصص للتعليقات لأننا ارتأينا التعرف في هذه العريضة على موقف المغاربة القاطنين بالخارج و الداخل و المجتمع المدني، و حتى أصدقاء المغرب من غير المغاربة

نحن في حاجة الى معرفة تصور الكل لهذا المجلس الذي تريده أن يكون منتخبا بطريقة ديمقراطية وليس مفروضا علينا بواسطة التعيين

كما أننا نأمل أن توقعها كل التيارات السياسية و أن تحظى باهتمام كل المغاربة بدون استثناءلأننا نعمل من اجل مجلس تمثيلي للمغاربة بالخارج عبر الانتخابات بطريقة شفافة و ديموقراطية و دون اقصاء أي مواطن أو مواطنة إننا بهذا النداء نكون قد بلغنا بنقل صوت المغاربة بالخارج إلى الداخل، ونهيب بكل الأحرار والقوى الديموقراطية التوقيع على العريضة تضامنا مع هذه المبادرة التي تروم إصلاح ما أفسدته المحسوبية والمصالح الضيقة، وذلك من خلال الرابط الآتي
http://www.lapetition.be/sign_petition.php?petid=3532



"نحن لسنا ضد أحد،وإنما نحن مع مجلس منتخب ديمقراطيا وبشفافية "

Oproep aan alle democraten buiten en binnen Marokko.

Teken de online petitie voor de ontbinding van CCME(Adviesraad Marokkaanse Migranten), een raad die is benoemd en wordt voorgesteld door een kleine groep, die niet de Marokkaanse gemeenschap vertegenwoordigd in het buitenland.

We leven in democratische landen en wij willen dat onze raad wordt verkozen in transparantie en democratie, zonder tussenkomst van wie dan ook.

Wij zijn vrije burgers en Democraten, en we roepen alle democraten Marokkanen en niet Marokkanen om uitdrukking te geven aan de solidariteit met de Marokkaanse gemeenschap buiten Marokko met het tekenen van de online petitie via de volgende link:

http://www.lapetition.be/sign_petition.php?petid=3532



De krachten van Al Jaalia(Marokkaanse gemeenschap in het buitenland), uit verschillende landen bevestigen hedendaags hun recht op vertegenwoordiging in de politiek, uit haar gelederen en democratisch gekozen.

En dit door middel van een campagne in een petitie vorm, vertaald in meerdere talen, en die gepresenteerd wordt aan de autoriteiten in Rabat, tijdens een persconferentie, waarvan de datum later wordt vastgesteld.

Wij zijn tegen niemand en wij zijn voor een democratisch, representatief en transparant gekozen raad.

Leve de democratie, lang leve onze solidariteit.

Laten we onszelf helpen ons lot in onze handen TE HEBBEN.

U kunt ook de petitie in uw netwerk verspreiden.

21 décembre 2008

Appel a tous les marocains démocrates de l´intérieur et de l´extérieur





Appel a tous les marocains démocrates de l´intérieur et de l´extérieur de signer la pétition en ligne pour la dissolution du CCME, d´un conseil qui est Nommé et qui est proposé par un petit groupe qui ne représente pas la communauté marocaine a´ l´étranger.


Nous vivons dans des pays démocratiques et nous voulons que notre conseil soit élu en transparence et en démocratie et sans l´intervention de personne.


Nous sommes des citoyens libres et démocrates et nous demandons à chaque marocain(e) d'exprimer sa solidarité avec les marocains de l'extérieur et de signer la pétition en ligne en visitant les liens suivants:






Ou bien d'envoyer votre signature a' l'adresse email suivante :



Aujourd'hui, les forces vives de AL JALIA, issues de plusieurs pays, réaffirment leur droit à une représentation politique, issue de ses rangs et élue démocratiquement. Et ceci à travers une campagne sous forme de pétition, traduite dans plusieurs langues, pour qu'elle soit présentée aux responsables à RABAT, lors d'une conférence de presse dont la date sera fixée ultérieurement.


Nous ne sommes contre personne et nous sommes pour un Conseil élu démocratiquement et dans la transparence.


Vive la démocratie, Vive le Maroc.


AIDONS-NOUS MÊME À AVOIR NOTRE DESTIN ENTRE NOS MAINS.


Vous pouvez également la diffuser au sein votre réseau de contacts.


Pour toute information:

Jamal Eddine Ryane

Coordinateur Général et porte-parole de La pétition.


Mob: +31 (0)653626254


Amsterdam

10 décembre 2008

الذكرى السنوية الستين للإعلان العالمي لحقوق الإنسان

في العاشر من شهر دجنبر 1948، أصدرت الجمعية العامة للأمم المتحدة بموجب القرار رقم 217 ألف ( د – 3 )، الإعلان العالمي لحقوق الإنسان، بعد العديد من المآسي والويلات والعديد من الانتهاكات الخطيرة والفظة لحقوق الإنسان في جميع مناطق وأرجاء الدنيا
هذا الإعلان الذي تضمن ديباجة وثلاثين مادة قانونية، يوضح الحقوق والحريات التي يجب أن يتمتع بها الإنسان في أي مكان من العالم بغض النظر عن لغته، أو دينه، أو جنسه، أولونه، أو رأيه السياسي، أو أصله الاجتماعي، أو ثروته، أو ميلاده، أو أي وضع آخر
لقد حظي صدور الإعلان العالمي لحقوق الإنسان بترحيب واهتمام شعوب العالم ودوله التي سارعت إلى التوقيع عليه وإلزام نفسها بتنفيذه وإدخال مواده وبنوده في صلب قوانينها ودساتيرها الوطنية حتى أصبح حقوق الإنسان وحرياته الأساسية من القضايا الهامة في العالم
ورغم ذلك لم يستطع هذا الإعلان ولا العهود والمواثيق والقرارات الدولية الأخرى في وقف انتهاكات حقوق الإنسان في أي بقعة من العالم. ولعل أكثر الأفراد والشعوب الذين ذاقوا مرارة هذه الانتهاكات الخطيرة لحقوق الإنسان، هم الأفراد والشعوب الذين عاشوا ولا يزالوا يعيشون في ظل الأنظمة القمعية العنصرية والشوفينية والاستبدادية...، التي لاتقيم وزناً للأعراف والمواثيق واللوائح الدولية المتعلقة بحقوق الإنسان
إننا في أرضية ما بين القارات للمغاربة القاطنين بالخارج وفي الوقت الذي نحيي فيه الذكرى السنوية الستين للإعلان العالمي لحقوق الإنسان، فإننا نطالب بإطلاق الحريات الديمقراطية وإطلاق سراح جميع معتقلي الرأي والتعبير في السجون وأقبية الأمن وإغلاق ملف الاعتقال السياسي نهائياً وإلغاء حالة الطوارئ وحل كافة القضايا والمشاكل التي تعاني منها المجتمعات الدولية واحترام القوانين والمواثيق والمعاهدات الدولية المتعلقة بحقوق الإنسان والتي تم التوقيع عليها
ونناشد هيئات المجتمع المدني ومنظمات حقوق الإنسان في العالم وكافة القوى والفعاليات المحبة للحرية والديمقراطية والسلام والمساواة إلى تحمل مسؤولياتها والتضامن مع الشعوب المضطهدة من أجل إحقاق حقوقها ورفع الظلم والاضطهاد عنها لينعم المواطن فيها بالحياة الحرة الكريمة أسوة بشعوب العالم الحر
أمستردام في 10 دجنبر 2008

09 décembre 2008

AID MOUBARAK


أرضية ما بين القارات للمغاربة القاطنين بالخارج تهنئ كل المغاربة في الخارج والداخل وجميع المسلمين بمناسبة حلول أيام عيد الأضحى المبارك متمنية أن يعيده الله عليكم بالصحة والعافية

21 octobre 2008

Abdel, Amine, Moussa, Youness, nous avons honte pour notre pays...



Ils s’appellent Abdel, Amine, Moussa, Youness, chacun à son histoire, chacun a fait des projets d’avenir, tous ont cru que la France leur offrirait une vie meilleure que dans le pays qu’ils ont quitté. Pourtant, comme bien d’autres dans le département de Vaucluse, leur parcours est identique.

Fils de travailleurs marocains, ils sont un jour rentrés en France avec leur père et beaucoup d’entre eux avaient alors plus de 13 ans. Des pères qui pour la plupart travaillent en toute légalité, depuis des décennies dans ce pays, le plus souvent dans l’agriculture et le bâtiment. Travailleurs dociles et durs à la tâche ils ont toujours représentés une main d’œuvre qui était « pain béni » pour les employeurs. Comme tous les pères eux aussi avaient des projets pour leur famille restée au Maroc. La plupart ont alors essayé par le biais du rapprochement familial, de faire venir cette famille auprès d’eux, mais depuis quelques années cette possibilité ne leur a plus été accordée. Ils ont gardé le droit de travailler mais pas celui de vivre en famille. Pourtant au fronton des édifices de la République est toujours inscrit la devise « Liberté, Égalité, Fraternité » !!!

Si ces pères avaient pu faire vivre correctement leur famille au Maroc, nul doute qu’ils y seraient restés. Ils ont continué à accepter l’exil pour permettre aux leurs de ne pas subir davantage la pauvreté. N’ayant d’autres alternatives, ils ont fait venir leurs fils, pour que ces derniers les remplacent le jour où devenus vieux trop tôt, malades à cause de conditions de vie souvent précaires, cassés physiquement par les travaux les plus pénibles, ils ne pourraient plus assurer la subsistance de ceux des leurs restés au Maroc.

Qu’ils s’appellent Abdel, Amine, Moussa ou Youness, ils sont donc un jour arrivés avec leur père. Comme tous les enfants et adolescents de leur âge, ils ont été scolarisés. Imaginez-vous 5 mn à leur place, hier au bled, aujourd’hui au collège, pour beaucoup avec des difficultés de langue et le soir, seul, à la maison avec un père, malheureusement, très souvent illettré. Pas facile de s’intégrer, pas facile d’accepter les réflexions, les regards désapprobateurs, les insultes. Pourtant, beaucoup, avec l’aide de leurs enseignants ont obtenu des résultats, certes, les obstacles à surmonter étaient tels qu’il était difficile pour eux d’envisager des études qui leur permettraient aujourd’hui de prétendre aux métiers très spécialisés retenus pour prétendre à une régularisation par le travail. Arrivés à 14, 15, 16 ans, ils sont souvent sortis du système scolaire sans qualification et comme avant eux leur père ils ont alors recherché des travaux compatibles avec leur capacité.

Quelques uns, devenus majeurs, ont tenté de réussir l’épreuve de la régularisation, peu l’ont réussie, les critères retenus ne correspondant pas à leur situation. D’autres n’ont même pas essayé. Tous se sont alors retrouvés en situation irrégulière . Devenus des hommes, ils ont eux aussi fait des projets : s’installer avec leur copine, se marier, avoir des enfants, travailler. Des désirs identiques à tous les jeunes de leur âge.

Oui , mais la grosse différence avec ceux de leur âge étaient qu’ils étaient devenus des sans-papiers et que la seule chose qui un jour ou l’autre allait leur arriver, était l’arrestation, le transfert en centre de rétention et le passage devant un juge où leur avenir serait décidé en 5 mn. Bien sur, tous savaient que la règle du « pas vu pas pris » ne pourrait durer éternellement compte tenu de la politique de la France en matière d’immigration. Ils continuaient tout de même à espérer et brutalement gendarmes ou policiers ont écrit un nouvel épisode de leur jeune vie. La suite allait être la garde à vue avec possibilité de passer un coup de fil, puis la conduite en centre de rétention administrative à Marseille ou Nîmes. Centre de rétention, vieille tradition française, dont la généralisation s’intensifia durant l’entre deux guerres, puis sous le gouvernement de Vichy pour empêcher des populations de toutes nationalités, perçues comme une « menace » de se disperser sur le territoire : espagnols, juifs, gitans, et plus tard algériens. Que ceux qui ne savent pas ce qu’est un tel endroit y fassent un jour une visite. Même de l’extérieur le lieu n’a rien d’un club de vacances ni d’une résidence hôtelière. Ce n’est ni plus ni moins qu’un univers carcéral où même les visiteurs sont parfois traités avec plus de mépris que dans une classique prison. Lourdes grilles, barbelés, « cour » exigüe pour respirer un peu d’air extérieur, gardiens etc... Une population aux origines géographiques diverses, des jeunes, des moins jeunes, des femmes et même des enfants, dont les regards difficiles à supporter traduisent le désespoir, l’appel au secours. Sous 48 h, « les retenus » vont être conduits devant le juge des libertés et de la détention. Peu de temps pour constituer une défense, réunir des documents. Certains ont un avocat, pour les autres le salut vient de la CIMADE, qui va leur en trouver un, préparer les recours, les renseigner, leur expliquer avec efficacité et humanité. La CIMADE, dont le ministre Hortefeux voudrait aujourd’hui limiter l’action !!!

Puis c’est le passage devant le juge, là encore, que ceux qui douteraient aillent un jour à ce type d’audience qui peut se tenir y compris le dimanche. Ceux qui assistent à l’audience doivent montrer patte blanche, les avocats ont quelques fois les pièces du dossier quelques minutes avant seulement, les « retenus » sont gardés dans une pièce et menottés dans le dos en attendant le début du simulacre de jugement. Les juges s’adressent aux prévenus en les appelant parfois par leur seul prénom voire leur nationalité et en quelques minutes les dés sont jetés . Rétention maintenue en centre ou à résidence ou liberté. Beaucoup vont déposer un recours et vont passer à nouveau devant le tribunal administratif mais sauf « miracle », la décision prise par le préfet sera confirmée et l’expulsion programmée dans les 15 jours qui suivent.

Dernier acte, l’expulsion . Le miracle n’est pas arrivé et Abdel, Amine, Moussa ou Youness sont conduits à Marignane . Ils ont encore la possibilité de résister, de refuser d’embarquer, ils s’exposent alors à des poursuites en correctionnelle et à des peines de prison mais également à une neutralisation musclée de la part de la PAF, comme plusieurs d’entre nous y ont déjà assisté. Hélas, l’expulsion qui a échoué un jour, sera programmée un autre et en avion ou en bateau, le « rêve » français prendra fin sur le tarmac ou le port de Casablanca.

Abdel, Amine, Moussa, Youness, nous avons honte pour notre pays, honte de tant d’injustice, honte de tant de vie gâchée ; mais, nous vous promettons que nous allons continuer le combat, nous faisons le vœu d’être chaque jour plus nombreux à exiger :

Des Papiers pour tous les sans-papiers .

Anne - RESF ( Réseau Education Sans Frontières ) 84

05 septembre 2008

Marokkanen in Nederland

Marokkaanse krijgsgevangenen in 1943 in Borssele met “autochtone” Zeeuwse vrouwen

In het Franse leger dat te hulp moest snellen wanneer Nederland en België door de Duitsers zouden worden aangevallen zaten zo’n 30 duizend Marokkanen. Al in de avonduren van 10 mei 1940 stonden de eerste Franse troepen op Nederlandse bodem. Ze waren verbijsterd over de slechte verdediging. Ze probeerden de Duitsers in Zeeland tegen te houden, onder meer in het dorpje Kapelle waar fel en man tegen man werd gevochten. Daar is een begraafplaats van gesneuvelde Fransen en Marokkanen.

01 septembre 2008

التنسيقية الوطنية لدعم شكاية الأرضية

Het Nationaal Comité tegen het ontnemen van de Marokkaanse nationaliteit ondersteunt de aanklacht van Plateforme Intercontinentale des MRE tegen
de Nederlandse overheid over het afschaffen van een dubbele nationaliteit

Afgelopen juni heeft minister Hirsh Ballin van de Justitie in de Tweede Kamer in zijn antwoord op een vraag van de partij van Geert wilders PVV aangekondigd dat de Nederlandse regering een wetsvoorstel tot beperking van meervoudige nationaliteit aan het voorbereiden is.

Naar aanleiding van de uitspraken van de minister die binnen de Marokkaanse gemeenschap tot een grote commotie leidden, heeft Plateforme Intercontinentale des MRE op 8 juli 2008 bij de voorzitter van de Europese Commissie de heer Barroso een aanklacht ingediend tegen de Nederlandse overheid over zijn wetsvoorstel waarmee vooral de Marokkaanse gemeenschap getroffen wordt.

Ter ondersteuning van de aanklacht van Plateforme Intercontinentale des MRE is het Nationaal Comité tegen het ontnemen van de Marokkaanse nationaliteit ter leven geroepen voor Organisaties, moskeeën, individuen, advocaten… binnen en buiten Nederland.

Steun of word lid van het comité doormiddel van het invullen en terug sturen van het onderstaande strookje naar:

plateforme.mre@gmail.com

-----------------------------------------------------------------------------------
Naam:
Organisatie/Instelling:
Functie:
Adres:
Telefoon:
E-mail:

Voor meer informatie:
0031653626254
------------------------------------------------------------------------------------
التنسيقية الوطنية لدعم شكاية الأرضية ضد الحكومة الهولندية حول قانون إلغاء إزدواجية الجنسية


بعد تصريح وزير العدل الهولندي هيرش بالين أمام أعضاء البرلمان جوابا على سؤال من نائب عن حزب الحرية لخيرت فيلدرس في أواخر شهر يونيه 2008 حول عزم الحكومةتقديم مشروع قانون للبرلمان يحد من إزدواجية الجنسية بالنسبة للهولنديين من أصل مغربي قامت أرضية مابين القارات يوم 8 يوليوز 2008 بوضع شكاية لدى السيد باروسو رئيس المفوضية الأوربية طالبة منه التدخل لدى الحكومة الهولندية من أجل وضع حد لمشاريع القوانين العنصرية التي تستهدف بالأساس الجالية المغربية.
في إنتظار رد السيد رئيس المفوضية حتى نقوم بما يقتضيه الأمر بناء على جوابه ورغبة من الأرضية في إشراك أكبر عدد من المهتمين من فاعلين جمعويين، محامين، منظمات المجتمع المدني والمساجد داخل وخارج هولندا فإن التنسيقية الوطنية رهن إشارة كل من يريد الإلتحاق بها لمساندة الأرضية في شكايتها ضد الحكومة الهولندية.
تجدون صحبته إستمارة المشاركة ما عليكم إلا ملئها وإرجاعها لنا عن طريق البريد الإلكتروني إلى:
plateforme.mre@gmail.com
------------------------------------------------------------------------------------

الإسم الكامل:
المؤسسة/المنظمة:
المهمة داخلها:
العنوان:
الهاتف:
البريد الإلكتروني:
للمزيد من المعلومات يمكنكم الإتصال بالرقم التالي:
0031653626254
--------------------------------------------------------------------------------

La coordination nationale en soutien à la plainte de la Plateforme intercontinentale des MRE contre le gouvernement hollandais, à cause du projet de loi rejetant la double nationalité.

Suite à la déclaration du ministre de la Justice hollandais Hirsch Ballin devant les députés, en réponse à l'interpellation d'un député issu du parti Liberté de Geert Wilders fin juin 2008; à propos de l'intention du gouvernement à présenter un projet de loi au parlement, pour limiter la double nationalité aux Néerlandais d'origine marocaine, la Plateforme intercontinentale des MRE a déposé le 8 juillet 2008 une plainte auprès de monsieur Barroso, Président de la Commission européenne.Il lui a demandé d'intervenir auprès des autorités néerlandaises afin de mettre fin aux projets de loi racistes qui visent essentiellement la Communauté marocaine.
En attendant la réponse du Président de la Commission, afin que l'on fasse le nécessaire et ce, en fonction de sa réponse, la Plateforme Intercontinentale des MRE désire associer le plus grand nombre possible d'observateurs, d'acteurs associatifs, d'avocats; d'organisations de la société civile et des mosquées, à l'intérieur et à l'extérieur de la Hollande.
La Plateforme Intercontinentale des MRE est à la disposition de quiconque voudrait la rejoindre en vue de la soutenir dans sa plainte contre le gouvernement hollandais.Ci-joint, vous trouverez un coupon de participation à remplir et à renvoyer par email à l'adresse suivante:
plateforme.mre@gmail.com
---------------------------------------------------------------------------------
Nom:
Institution/Organisation:
La fonction que vous y occupez :
L’adresse :
Tel.
E-mail :
Pour toute Information contactez :
0031653626254

30 août 2008

Décès de Cheikh Mohamed Ben Ahmed Younsi

















Rabat, 29/08/08- Cheikh Mohamed Ben Ahmed Younsi, l'un des grands maîtres de la chanson consacrée notamment aux immigrés, s'est éteint à Berkane, dans la nuit du mardi 27 août, à l'âge de 81 ans, a annoncé sa famille.


Avec le décès de Cheikh Mohamed Ben Ahmed Younsi, le Maroc a perdu l'un des grands maîtres de la chanson populaire et de la chanson de l'immigration".


Né en 1927 dans la tribu d'Ouled Manguer, dans la région d'Ahfir, Cheikh Younsi fréquente l'école coranique de son village et se lance dès son jeune âge dans la chanson bédouine où il va briller par ses talents d'interprète et de poète, écrivant lui même les quacidas (paroles) de ses chansons.
Exerçant son art entre le Maroc et l'Algérie, Cheikh Younsi aurait émigré en France dès 1956, puis une deuxième fois en 1960, avant de retourner s'installer définitivement à Berkane.
En découvrant les conditions de vie des travailleurs immigrés et leur solitude, Cheikh Younsi va faire de l'immigration l'un des principaux thèmes de ses chansons.
En 1965, il enregistre la fameuse chanson du "Passeport lakhdar" devenue l'emblème et le symbole des vicissitudes et tourments de l'immigration. Cette chanson, qui a connu un succès énorme, a été reprise par de nombreux artistes marocains et algériens comme Ahmed Liou, Abdellah Magana, Cheikh, Mohamed Mazouni, ou Cheikh Boutaiba Said.
Cheikh Younsi est l'auteur de nombreuses autres chansons consacrées à l'émigration dont "Red balek Al Ghadi Ifrança", "Contrat de travail", "Rabi Yahdi A Goumri", etc.





افهم يا الفاهم و احسن عون اللّي انظم ذا المنظوم
أحمد ولد بنّهاري ماذا جوّز من لمحاين و لهموم
الزجال القدير الذي يسرني أن تستمتعوا برائعته هذه

حنا غربة طالت غربتنا * و نار الغربة كواتنا بين العينين
إِلا حنا حيّين ساعَ نرجعو لوطنّا * إِلا متنا يدفنونا ناس اخرين
ما دراك يوم صدّيت أنايا خاطر * و خارج من بلادي غادي حوّاس
وصلنا باري و ضحيت مقصّر * و ولّفت آخوتي بلاد الناس
***
رفت الباسبور لخضر * وكَلت أنا ذي أخير الحياة
جبرت البابور يرجانا * ف المرسى مسطر ة بالرايات
نهار اللّي مشيت خاطر * و انا ف عذابي و كَلبي مهموم
خلّيت مّيمتي تنوّح * و تكَول وليدي مشى لي للرّوم
فراق غزالي يشيّب * و ذاك اليوم عمّرو ما ننساه
هي بدموعها تذوّب * و انا كَلبي العالم عليه الله
ركبت أنا مع صحابي * و بايتين ف لبحر و الموجات
في أرض اسبانيا صبحنا * في مَلاكَة نزلتني بالذات
جبرت العلجة تسربي * كِ شافتني كَالت لي واش بغيت
كَلت لها بغيت نفطر * و جابت لي ذا لمسكر و كليت
كَلت لها خبريني * هاذ النعمة ديالكم واش حلال
كَالت لي كول و اسكت * و هاذ الشّي اللّي ذكرتو محال
مشيت أنايا نحوّس * و جبرت المارشي على كل الوان
جبرت الخوخ و السفرجل * تفاح اسبانيا و البنان
أ بون ديا خبريني * أ سينيورا كوانتو ذ الثمان
ما صبت لسان باش نهدر * وكَالت لي خصك الترجمان
...أنايا ما فهمت والو * نادا نادا يا بنت الناس
مشيت للكَار نجري * بالماشينة فت للفونتيار
تيت سويت وصّلتني * للديوانة بين ليلة و نهار
رواح تشوف آ حبيبي * للديوانة مين كَالوا لفتاش
حنا سبعة فوّتونا * و سبعتاش اخرين رجعوا ما كانش
خلّيت بلادي بعيدة * و جيت لباري و راني خدّام
كَلت أنا عاد ننجح * ندير اللّوطو و نرفد لحمام
نخدم السبت و لحدودا * و نهار الفيشطة مع راس العام
عييت أنا ما نكابر * و اليوم طوالوا عليّ ليّام
الله الله آ حبيبي خويا * هاذ الشّي حق و لّا محال
طناش نعام غير غربة * عندي ف الخارج و باقي ما زال
خلّيت غزالي يصيّح * و نيرانو شاعلة ع لجبال
كَلت أنا عاد ننجح * سعّ ما ربحت ما درت المال
خمس و تلاتين ألف ف السّيمانا * نجيبها كل أسبوع
نكَول أنا غير هذي * نشري طوموبيل م خيار النوع
نلعب التيرسي نجرّب سعدي * زعما باش نربح مليون
العود اللّي نكَول يسبق * يجي ف التالي بحال المجنون
نكَول أنا نزيد هاذ المرة * غادي نجيب زوج ملايين
الخيل اللّي نديرهم بالتلاتة * يبقوا ف التّسع عيّانين
عييت أنا ما نخمّم * ف ذ الدنيا و الزهر ما عنديش
واحد عطاه ربي * يركَد غ ف المطرح و الريش
واحد عطاه ربي * حتى اللوطو دار ليها عسّاس
واحد لبدا غريب * و مودّر في بلادات الناس
الله الله يا القاصد * مدينة باري رواحْ نوصّيك
احظي روحك يا الغادي * و كون فطين راهم يفوزوا بيك
اسمع قولي و دير رايي * امشي وحدك لا تكثّر لصحاب
يصرى لك كيما صرى لي * حتّى تسمح ف لبلاد و لحباب
مين إيصوني الرّفاي * عل الربعة يكون ما زال الليل
نصيب الغاشي سبكَني * يرجاو الطوبيس و النّوْ تسيل
ندير التّور باش نركب * نمشي للخدمة و الحال بعيد
يصبح الغاشي مع الدرب * مخلطة بالاحرار و لعبيد
ننزل من الطوبيس * و نصيب الميترو شحال عندو بيبان
تحت الأرض خادينو * بالعقلية مفصلينو طركَان
مشيت و سقسيت وحدة * كَلت لها سِلفو بلي يا مدام
هزّت اكتافها عليَّ * ما هدرت ما جاوبتني بكلام
كَلت لها مادموزيل * إكسكيز موا قراي لي ذ لعنوان
كَالت لي كاسكيا * كَلت لها جيسوي مروكان
كَالت لي أو تي فا * كَلت لها موا جوسي ريان
كَلت لها جيسوي مْبردي * كَالت لي جْمانفو ساف ريان
كَلت لها مادموزيل * جْمانفو كاسكو سافو دير
الله الله آ خوتي * و اللّي ما عندو لسان واش يدير
خلط الميترو الأول * ركبت و سانجيت في سلازار
عييت أنا ما ندوّر * وصلت للخدمة على نص نهار
مشيت مع الشاف نهدر * إكسكيز لوي إيل أريف تروطار
مسيو أحمد كَال ليّا * إيسي إيل نيابا دي زسطوار
نخدم و نولّي عشية * مع التسعة عاد نخلط للدار
نصيب عشايَ مودّر * و نجيب الخضرا و ننسى لبزار
العشرة زعفوا عليّا * و كَالوا لي ليّاه ما درت طياب
خصك تجيب روحك * و لّا رانا نريكَلو لك لحساب
كَالوا لي روحْ بعدا جيب لنا * إلا كانشي شي بيضات
كَلت لهم ما كان والو * الرّومية كملت و فرمات
ثمَّ زادوا عايروني * و كَالوا ليّا أنتايا فنيان
خصّك تنوض بكري * و تجيب لنا كل شي بالميزانكَلت لهم سامحوني * و أنايا راني شويّا عيّان
هم الغربة فنّاني * و رشّى كَلبي بالهموم و لمحان
بني عمّي زعّفوني * و طلبت السكنى مع ناس أخرين
منين جاو كلموني * و لكَيتهم كلهم شلحيّين
كَلت لهم فهموني * بالعربية واسمو ذ الكلمات
كَالوا لي بالسلامة * و حنايا ما عندنا وين تبات
تلت سنين بالكشايف * و أنا خدام باش نرد لفرنكات
و كَلت أنا نروّح لبلادي * زعما نشوف الخيّات
الدّيوانة فتشوني * و صابو عندي بلا لافيشات
كَالوا لي وين راه خدمتك * و انا دّاوها لي لبنات
الزفت المنظوم لخضر * ندمت و راني مريض و مضرار
سمعت اللّي غشيم يهدر * و قهرني باللوم و كلام العار
آ لايمني ليّاه تهدر * و تزيد تقوّي عليَّ لضرار
هم الدنيا المرة * و هم الغربة و شوف بنا ما صار
نهار السبت مين نخلص * ندير قمجّة مع ترواكار
نروح لباري نحوّس * و نفاجي بالويسكي و الرّيكار
رفت الباسبور لخضر * وكَلت أنا ذي أخير الحياة

24 août 2008

Double nationalité. Les Marocains des Pays-Bas contre-attaquent

Les représentants des ressortissants marocains aux Pays-Bas s'approprient le débat sur la double nationalité à laquelle s'oppose le gouvernement de leur pays de résidence.
Première à monter au créneau pour dénoncer l'intention du gouvernement hollandais visant à interdire la double nationalité, dont bénéficient quelque 227.692 ressortissants d'origine marocaine : la Plateforme intercontinentale des MRE, basée aux Pays-Bas. Celle-ci vient de déposer une plainte auprès de la commission européenne contre l'Etat néerlandais pour discrimination à l'égard de citoyens néerlandais originaires du Maroc.
Dans une lettre adressée à José-Manuel Barroso, président de la Commission européenne, le président de cette association, Jamal Eddine Ryane, rappelle que ce pays a déjà fait l'objet d'un avertissement pour discrimination.
«La nationalité marocaine relève de la souveraineté d'un Etat indépendant, en l'occurrence le Maroc, non membre de l'UE, et donc, la Hollande viole, outre la Charte fondamentale des droits européens, le droit international également», explique-t-il. Egalement déposée auprès du Conseil de l'Europe, la plainte corrobore ainsi une position officielle marocaine des plus fermes, principe de l'éternelle allégeance oblige, et donne un écho populaire à la réaction du gouvernement contre ce qu'il a qualifié d'opération «d'amputation» des Marocains de leurs origines.Tout a commencé quand le ministre néerlandais de la Justice a récemment remis cette option sur le tapis au Parlement de son pays, en déclarant qu'un projet de loi était en préparation dans ce sens. «En cela, le ministre a essayé de calmer certaines voix, notamment celles des députés de la droite, qui voient en tout immigré ou citoyen portant une autre nationalité, plus particulièrement celle d'un pays musulman, un facteur de blocage au développement du pays et une source d'inquiétude», a expliqué Abou Menebhi, à la tête du centre Emcemo, une des principales associations des Marocains d'Amsterdam. Pour lui, il n'y a pas lieu de s'inquiéter. Ce projet n'est ni plus ni moins qu'un effet d'annonce qui, même s'il fait son entrée au Parlement, ne passera jamais. Amen !
Tarik Qattab
Source: Le Soir Echos

Politique migratoire européenne:Le Maroc monte au créneau

Prises de position remarquées du Maroc face à de récentes démarches européennes en matière de migration. Rabat vient d’appeler les pays européens à abandonner les politiques de retour des immigrés et a exprimé son « rejet total » d’une motion hollandaise relative à la « double nationalité » des migrants.
Prises de position remarquées du Maroc face à de récentes démarches européennes en matière de migration. Rabat vient d’appeler les pays européens à abandonner les politiques de retour des immigrés et a exprimé son « rejet total » d’une motion hollandaise relative à la « double nationalité » des migrants.PAR deux occasions, le Maroc a exprimé récemment ses positions sur le sujet qui fait actuellement partout la « une », en l’occurrence le problème migratoire. Lors d’une réunion préparatoire à la conférence euro-africaine sur la migration et le développement, prévue en octobre prochain à Paris, Rabat a appelé les pays européens à « abandonner » les politiques de retour des émigrés et à encourager, plutôt, la migration dite « circulaire » et la mobilité des personnes.« Il faut abandonner l’idée de retour comme moyen de promotion du développement et encourager la migration circulaire et la mobilité des personnes qui permettront à des Africains de se former ou de se perfectionner en Europe avant de retourner dans leur pays », estime le représentant du Maroc à la réunion préparatoire à la conférence euro-africaine, qui n’est autre que le directeur des relations bilatérales au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Youssef Amrani est catégorqiue : « les politiques de retour menées à ce jour par certains pays européens ne constituent pas des facteurs de promotion du développement ».La diplomatie marocaine estime que les expériences de politiques de développement et de migration mises en oeuvre par certains pays européens « ont souvent été des échecs lorsqu’elles ont reposé uniquement sur des politiques de retour ». La circulation des migrants, précise Rabat, est « primordiale » tant pour le suivi des projets de co-développement, le transfert de technologie, la formation des migrants, y compris dans les pays d’accueil, que pour mieux répondre aux attentes des marchés de travail dans les pays d’origine et de destination.Cette prise de position intervient dans un contexte marqué par les polémiques autour de la « directive retour » adoptée par l’Union européenne qui s’apprête à mettre en œuvre une politique commune en matière d’immigration baptisée « pacte européen sur l’immigration et l’asile » que les 27 pays de l’UE pourraient adopter en octobre prochain. Rappelons que le gouvernement espagnol vient d’adopter un « plan de retour volontaire » qui prévoit des incitations financières aux immigrés en contrepartie de leur renoncement à leurs permis de résidence et de travail et de leur engagement à ne pas revenir en Espagne pendant une durée minimale de trois ans.Il y a lieu de rappeler également la réaction du gouvernement marocain face au « durcissement » qui caractérise la tendance actuelle de certains pays du vieux continent sur la question de l’immigration. Le Maroc a relevé qu’une « large consultation » devrait être menée en amont par l’UE avec les pays africains, précisant que ce pacte « doit prémunir nos ressortissants résidant sur le sol européen contre toutes les formes de pratiques discriminatoires et doit préserver leurs droits garantis par les instruments juridiques internationaux ».La double nationalité des MRE inquièteLa deuxième sortie diplomatique de Rabat a eu lieu à propos de la motion législative débattue actuellement aux Pays-Bas et qui vise à instaurer le renoncement à la double nationalité dont jouissent les ressortissants d’un certain nombre de pays, dont le Maroc. Il s’agit d’un projet de loi en préparation par le ministère Néerlandais de la Justice pour, indique nombre d’observateurs, « calmer certaines voix, notamment celles des députés de la droite, qui voient en tout immigré ou citoyen portant une autre nationalité, plus particulièrement celle d’un pays musulman, un facteur de blocage au développement du pays et une source d’inquiétude ».A ce propos, le Maroc a exprimé « son vif étonnement » et « son rejet catégorique de toute politique, quels qu’en soient les origines, les motivations ou les desseins, qui exigerait des ressortissants marocains résidant aux Pays-Bas qu’ils renoncent à leur nationalité d’origine ». Aussi le Maroc a-t-il tenu à rappeler aux autorités hollandaises que « la perte de la nationalité marocaine d’origine ne peut être autorisée qu’à titre exceptionnel et par décret seulement ». En fait, il s’agit d’une problématique qui remonte à l’année 2005, lorsque suite à l’assassinat du réalisateur Theo Van Gogh par un islamiste d’origine marocaine, les Pays-Bas ont adopté une loi imposant aux prétendants à la nationalité néerlandaise la renonciation à leur citoyenneté d’origine. Exception a été faite des cas où il est impossible de renoncer à sa nationalité d’origine. Et c’est le cas de la nationalité marocaine qui est régie par le principe de « l’allégeance perpétuelle ». Principe inaliénable qui ne permet la déchéance ou la perte de la nationalité marocaine que dans des conditions très précises. A noter que depuis l’indépendance du Maroc aucune autorisation de renonciation à la nationalité marocaine n’a été accordée depuis l’indépendance.Les divergences des points de vue entre le Maroc et la Hollande au sujet de la double nationalité se trouvent pratiquement insurmontables. Pour preuve, les entretiens qui ont eu lieu, depuis 2005, entre des responsables gouvernementaux des deux pays autour de cette question n’ont abouti à aucune solution.Pour le gouvernement néerlandais, l’objectif recherché est de mettre fin au conflit de lois notamment dans les affaires civiles (divorce, héritage...) et faciliter les procédures administratives et judiciaires. Il s’agit également de mettre un terme à la « double allégeance », notamment pour les personnes appelées à occuper des fonctions de représentations politiques ou diplomatiques ou encore militaires.A l’opposé, les représentants associatifs des quelque 227.692 ressortissants d’origine marocaine se sont mobilisés pour dénoncer la remise sur le tapis de cette option « discriminatoire à l’égard des citoyens néerlandais originaires du Maroc », indique la « plateforme intercontinentale des MRE », basée aux Pays-Bas qui vient de déposer une plainte à ce sujet auprès de la commission européenne et du Conseil de l’Europe.Dans une lettre adressée au président de la Commission européenne, José-Manuel Barroso, le président de cette association, Jamal Eddine Ryane, affirme que la nationalité marocaine relève de la souveraineté d’un Etat indépendant, en l’occurrence le Maroc, non membre de l’UE, estimant que la Hollande viole, outre la Charte fondamentale des droits européens, le droit international également. La polémique ne fait que commencer...

Le Reporter : 20.07.2008

23 juillet 2008

Entretien avec Jamal Ryane président de la Plate-forme Intercontinentale des MRE

Les pays-Bas transgressent les traités européens et les conventions internationales
Jamal Ryane est l’un des acteurs civils en Hollande. Dans cet entretien accordé à Libé, il explique les raisons qui ont poussé le gouvernement néerlandais à décider de contraindre ses citoyens d’origine marocaine à faire $le choix entre leur nationalité d’origine et celle acquise en Hollande.
« Libé » : Le gouvernement hollandais envisage de faire tomber la nationalité marocaine sur les nationaux qui disposent d’une double nationalité, peut-on savoir plus?
Jamal Ryane : Vu que certains partis politiques, pour récolter plus de voix, se sont mis à rétrécir le champ des libertés aux citoyens d’origine marocaine. Le parti PVV de Geert Wilders a déposé un projet de loi pour que la 3ème et les générations à venir d’origine marocaine choisissent la nationalité marocaine ou néerlandaise au moment où le père veut inscrire son bébé à la municipalité.Ce projet de loi ne concerne pas les autres nationalités et comme vous le savez, il y a plus de 128 nationalités qui vivent aux Pays-Bas et même la princesse Maxima a une double nationalité, elle est d’origine argentine.Le ministre de la Justice, dans une déclaration au parlement hollandais, a annoncé qu’il va étudier ce projet de loi et lui aussi souhaite que le Maroc adhère à cette nouvelle situation.Le parti CDA du ministre de la Justice et aussi du Premier ministre veut aussi gagner des voix l’année prochaine lors des élections du Parlement européen.Ce n’est pas la première fois qu’on a une discussion sur la double nationalité. Lors de l’installation de ce gouvernement, nous avons deux secrétaires d’Etat d’origine non hollandaise et ce même parti PVV a déposé un amendement pour que le parlement ne vote pas en faveur de la nouvelle équipe gouvernementale mais la majorité a refusé le projet raciste du parti PVV.Il est vrai que l’ECRI (European Commission against racism ans intolerance), la Commission européenne contre le racisme et l’intolérance a fait du bon travail, mais ses recommandations aux Pays-Bas sont restées lettre morte.Car, ce pays continue de violer les traités européens et les conventions internationales, et ce en demandant aux citoyens néerlandais d’origine marocaine de se séparer de leur deuxième nationalité. Comme si c’était un crime d’avoir plus d’une nationalité, sachant que cela relève de la compétence d’un pays libre et souverain.
Quelles sont les causes qui ont poussé le gouvernement hollandais à agir de la sorte ?
Ce gouvernement n’est pas populaire et les sondages montrent chaque jour que le citoyen hollandais n’est pas content de la politique suivie par ce gouvernement, et en même temps il y a une crise économique et la montée de l’extrême droite après l’assassinat du régisseur Van Gogh par un hollandais d’origine marocaine. Pour que ce gouvernement gagne des points dans les sondages, il a choisi le dossier sur la double nationalité. L’année prochaine il y aura des élections pour le Parlement européen et c’est l’occasion de gagner les voix de l’extrême droite.La vraie intégration est le fait de donner des chances d’avoir un emploi et non pas de les exclure de la pratique de leurs droits, ce qui les amène à se rebeller contre l’Etat par tous les moyens.
Quel en est l’effet sur le Maroc et les Marocains ?
Le Maroc n’aura plus de relation avec ses concitoyens et ce sera une grave crise d’identité pour les générations futures puisqu’elles ne peuvent plus jouir du statut de marocain.
Sur le plan juridique, qu’en est-il exactement ?
Les Pays-Bas harcèlent ses propres citoyens, en les criminalisant et en violant leur vie privée. Car, comment la Hollande peut-elle prouver ou même savoir que ces citoyens entre autres, ont deux ou plusieurs nationalités ? En quoi ça peut poser problème à la Hollande le fait d’avoir cette double nationalité, quand des pays comme la Belgique ont même voté une loi instaurant la double nationalité ? La nationalité marocaine relève de la souveraineté d’un Etat indépendant, en l’occurrence le Maroc, non membre de l’UE., et donc, la Hollande viole, outre la Charte fondamentale des droits européens, le droit international également. Sur le plan juridique, les Pays-Bas violent le droit international en obligeant des citoyens à choisir seulement une nationalité alors que les autres ont le droit d’avoir plus de deux passeports.
En tant quesociété civile, quelles sont vos réactions ?
La Plateforme intercontinentale des MRE a publié le 1er juillet 2008 un communiqué de presse en dénonçant la déclaration du ministre de la Justice et en s’étonnant du choix de la communauté marocaine et nous avons mis en place le comité Plainte contre la Hollande. Ce comité, que je préside actuellement, est en train de se constituer et il est ouvert aux Européens et aux MRE , aux associations comme : la Ligue des droits de l’Homme en Hollande, Human Rights Watch, Amnesty international, et bien sûr aux associations de MRE ou non en Europe. Il y a des avocats spécialistes du droit européen et du droit international pour la plainte à la Cour européenne de Justice.
La Plateforme intercontinentale des MRE a suivi la procédure suivante :
On a déposé une plainte auprès du président de la Commission européenne et aussi auprès du Conseil de l’EuropeEt la plainte auprès de la Cour européenne de Justice à la Haye (DEN HAAG) qui doit être d’abord étudiée par des avocats spécialistes du droit européen et du droit international, bénévolement.
Pensez-vous que d’autres pays peuvent emboîter le pas aux Pays-Bas ?
Je ne pense pas puisque la Belgique a adopté dernièrement une nouvelle loi pour encourager les citoyens belges à avoir une autre nationalité que la nationalité belge.
Quelle est la réaction du CCME ?
Ce conseil est vraiment absent et n’a même pas fait de déclaration.
Propos recueillis par Nouri Zyad

13 juillet 2008

تعزية

ببالغ الحزن والاسى تلقت أرضية مابين القارات للمغاربة القاطنين بالخارج نبأ وفاة والدة الزميل قاسم أشهبون أمين مال الأرضية وجدة الزميلة إكرام أشهبون مستشارة بالمكتب الإداري للأرضية وإثر هذا المصاب الجلل , يتقدم كافة اعضاء أرضية مابين القارات للمغاربة القاطنين بالخارج بتعازيهم القلبية الحارة داعين المولى عز وجل أن يتغمد روح الفقيدة بواسع رحمته ويسكنها فسيح جنانه ويلهم اهلها وذويها جميل الصبر والسلوان اننا لله وانا اليه راجعون

09 juillet 2008

Invitation au Salon National des MRE


بلاغ صحفي على إثر تصريح وزير العدل الهولندي حول إزدواجية الجنسية.



أمستردام في 6 يوليوز 2008

عقد المكتب الإداري لأرضية مابين القارات للمغاربة القاطنين بالخارج إجتماعا بكافة أعضائه بغرض تقييم حصيلة الندوة الثانية التي نظمتها الأرضية في 7 يونيو الماضي تحت شعار "مغاربة هولندة: لحظة من أجل الترتيب والتأمل" وكذا بعض القضايا التي تهم الجالية المغربية ومنها على الخصوص عملية عبور الجالية إلى أرض الوطن وتصريح وزير العدل الهولندي هيرشي بالين أمام البرلمان الهولندي حيث صرح عن عزمه إعداد مشروع قانون يتم بموجبه إسقاط الجنسية المغربية عن الأطفال المغاربة المزدادين بهولندا
إن الأرضية فوجئت بتصريح وزير العدل الهولندي في هذا الوقت بالذات حيث أصبحت بعض الأحزاب السياسية
تبحث عن أصوات الناخبين بأي وسيلة كلما تدنت شعبيتها من خلال إستطلاعات الرأي وتعلن الأرضية للرأي العام الوطني في الداخل والخارج عن رفضها لكل سياسة تفرض على المواطنين المغاربة من أجل التخلي عن جنسيتهم الأصلية
إن الإندماج الحقيقي هو إيجاد فرص الشغل للشباب المغاربة ومحاربة العنصرية في سوق الشغل والتمييز الذي يلحقهم وليس إقصائهم من ممارسة حقهم الذي يجعلهم يتمردون على الدولة بكل الوسائل

إن طرح جنسية المغاربة للنقاش يتنافى مع بنود الدستور الهولندي ويتنافي مع الميثاق العالمي لحقوق الإنسان
حيث أن مغاربة هولندا دون غيرهم من الجاليات مستهدفين بالمجان سواء من لدن الحكومة الهولندية أو من أحزاب اليمين فإن الأرضية ستقوم بوضع شكاية ضد الحكومة الهولندية لدى رئيس اللجنة الأوربية السيد باروسو ترمي من خلالها وضع حد للحملات العنصرية المتكررة التي تستهدف الجالية المغربية بهولندا

عن أرضية مابين القارات للمغاربة القاطنين بالخارج


الرئيس: جمال الدين ريان

Les RME portent plainte contre les Pays Bas


La Plateforme Intercontinentale des MRE a décidé de porter plainte contre les Pays-Bas auprès de la commission européenne et le conseil d’Europe. Cette plainte fait suite aux déclaration du ministre de la justice hollandais sur la nationalité marocaine des enfants d’origine marocaine. Celui-ci a proposé une nouvelle loi obligeant le rejet de la nationalité d’origine pour obtenir la nationalité hollandaise. Le Maroc a, quant à lui, catégoriquement refusé toute politique de renonciation à la nationalité marocaine.
A la demande de la chambre des représentants hollandaise, le ministre Hirsch Ballin souhaitait demander au Maroc d’autoriser la renonciation à la nationalité marocaine aux enfants, à partir de la deuxième génération.
Abdelwahed Radi et Taib Fassi Fihri avaient suite à cela, reçu Sjoerd Leenstra, ambassadeur des Pays-Bas à Rabat, afin d’exprimer le mécontentement et le rejet de cette politique par le Maroc.


La plainte déposée par la Plateforme Intercontinentale des MRE :

A l’attention de Monsieur José-Manuel Barroso, Président de la Commission européenne.
Monsieur le Président de la Commission,


Permettez-moi de vous écrire, afin de vous informer que je dépose plainte auprès de la Commission européenne contre les Pays Bas, pour discrimination à l’égard de citoyens néerlandais originaires du Maroc. En tant que garant des traités européens, et sachant que le Conseil de l’Europe a déjà envoyé un avertissement à ce pays pour discrimination, vous êtes en tant que Président de la Commission européenne le seul à pouvoir réagir immédiatement, en vertu de l’article 219 du Traité d’Amsterdam.
Les citoyens hollandais d’origine marocaine sont traités comme des citoyens de seconde zone. Les Pays Bas leur demandent de rejeter leur nationalité marocaine. Au nom de quel droit ?
Et là quatre problèmes se posent :


1. Les Pays Bas harcèlent ses propres citoyens, en les criminalisant et en violant leur vie privée.
Car, comment la Hollande peut-elle prouver ou même savoir que ces citoyens et les autres aussi, ont deux ou plusieurs nationalités.

2. En quoi ça peut poser problème à la Hollande le fait d’avoir la double nationalité, quand des pays comme la Belgique ont même voté une loi instaurant la double nationalité.

3. La nationalité marocaine relève de la souveraineté d’un Etat indépendant, en l’occurrence le Maroc, non membre de l’UE, et donc, la Hollande viole, outre la Charte fondamentale des Droits européens, le droit international également.

4. La hollande sait très bien que tous les Hollandais nés en France et aux Etats unis sont , respectivement ; à la fois hollandais, français, américains et même citoyens européens depuis la signature du traité d’Amsterdam en 1992.


Monsieur le Président ;
Puis-je vous demander de vous joindre à mon groupe, pour déposer plainte devant la Cour européenne à la Haye, contre ce pays. Et recevez, Monsieur le Président, l’expression de ma considération distinguée.



Jamal Eddine Ryane Président de la Plateforme Intercontinentale des MRE


N.B. Plainte sera également déposée auprès du Conseil de l’Europe



01 juillet 2008

مجلس الجالية.. مبدأ التعيين وكذبة الإجماع

البجوقي عبد الحميد













اعتمد المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان وفريق العمل الذي ساعده في مهمة الإشراف على تأسيس مجلس الجالية المغربية بالخارج آليات التشاور المباشر مع الجالية، تنظيم الندوات حول مواضيع تتعلق بالهجرة واللقاء بقيادة الأحزاب المغربية الممثلة في البرلمان. نتائج هذه المشاورات واللقاءات اعتمدها الفريق المكلف بهذه المهمة في صياغة الرأي الاستشاري الذي رفعه هذا الأخير إلى ملك البلاد. السؤال اليوم وبعد تعيين أعضاء المجلس وتعيين رؤساء لجانه بشكل مخالف للقانون الداخلي للمجلس المحدث، يتعلق بمدى مطابقة الرأي الاستشاري لنتائج هذه المشاورات واللقاءات التي كلفت صندوق الدولة أموالا طائلة؟ في انتظار استكمال تجميع الوثائق المتعلقة بالمشاورات مع الجالية والباحثين، سنبدأ في هذا المقال بمحاضر اللقاءات مع قيادات الأحزاب السياسية بكل أطيافها ومقارنتها بما تم وصفه بإجماع هذه الأخيرة، حول ما خلص إليه المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان من اعتماد آلية التعيين في اختيار أعضاء ومهام مجلس الجالية. في هذه اللقاءات التي تمت مع قيادات هذه الأحزاب على أعلى مستوى، التقى أعضاء المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان المكلفين بهذه المهمة بأحرضان والعنصر عن الحركة الشعبية وباليازغي ولشكر عن الاتحاد الاشتراكي وبإسماعيل العلوي والتهامي الخياري عن التقدم والاشتراكية وجبهة القوى وبعباس الفاسي وعبد الحق التازي عن حزب الاستقلال وسعد الذين العثماني عن العدالة والتنمية، بمعنى أن المواقف المعبر عنها في محاضر هذه الاجتماعات تعبر عن هيئات تنفيذية عليا في هذه الأحزاب بعضها يتحمل اليوم مهام وزارية أو حقيبة الوزارة الأولى، كما هو الشأن بالنسبة إلى عباس الفاسي، وبمعنى أن تزوير حقيقة مواقف هذه الأحزاب يطول قياداتها ويؤثر على مصداقيتها أمام الملك، والرأي العام المغربي والجالية المغربية بالخارج، وبالتالي يتطلب منها وفي أضعف الحالات الرد والتوضيح


في هذا الباب لا بأس أن نعرض مقتطفا من تدخل الأمين العام لحزب الاستقلال عباس الفاسي أثناء لقائه باللجنة المكلفة بالمشاورات مع الأحزاب بتاريخ 21 ماي من 2007، التي تضمنها محضر اللقاء الموجود بأرشيف المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان. يقول محضر الاجتماع: «وفي معرض النقاش وتبادل الرأي، عبر السيد الأمين العام للحزب عن ضرورة التفكير في الطريقة المثلى التي من شأنها السماح لهؤلاء المغاربة بالتصويت في الانتخابات العامة، تنفيذا لما أعلنه جلالة الملك في خطاب العرش، وكذا تحديد عدد أعضاء المجلس الذي يستحسن أن يكون ما بين الثمانين والمائة ضمانا للفعالية، مع منح المجلس اختصاصات واسعة في الاقتراح والإرشاد وضمان حق المواطنين المغاربة القاطنين بالخارج، معتبرا أن توجيه الجهة التي يجب أن تتولى موضوع المهاجرين أمر ضروري وأنه يجب أن تكون تحت إشراف الوزير الأول، حتى تعمل جميع القطاعات الحكومية بتنسيق كامل وتام. وفي معرض المناقشة اعتبر الأستاذ عبد الحق التازي أن إحداث هذا المجلس من شأنه أن يحل إشكالية تمثيلية المغاربة القاطنين بالخارج بالمؤسسات النيابية، وذلك بالنص على أن من اختصاصات المجلس اختيار الأعضاء الذين سيمثلون الجاليات بالبرلمان بغرفتيه أو بإحداهما». مثل هذه المواقف والآراء والاقتراحات تتكرر (انظر بقية المحاضر) في كل اللقاءات مع القيادات الحزبية وغيرها، كما كانت هذه الآراء السائدة في خلاصات كل المشاورات بالداخل والخارج، خصوصا بعد الخطاب الملكي الذي كلف المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان بتهييء الرأي الاستشاري، باعتبار أن الخطاب الملكي حمل انفتاحا ودعوة واضحة إلى القطع مع النماذج التقليدية للمؤسسات، خصوصا والأمر يتعلق بجالية يعيش أغلبها في أجواء وأنظمة ديمقراطية. ولا مجال للشك أن خلاصات المشاورات والرأي الاستشاري المرفوع إلى الملك كان مخالفا للحقيقة وإجهاضا مقصودا لمضمون الرغبة الملكية. وتبرير ذلك نجده، وللأسف، فقط في خوف البعض من فقدان زمام المبادرة، وأن تأخذ هذه الأخيرة المسار الذي كانت تطالب به الهجرة وتوصيات هيئة الإنصاف والمصالحة والرغبة الملكية نفسها. في محضر اللقاء الذي جمع ممثلين عن المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان وقيادة الحركة الشعبية المنعقد بالرباط بتاريخ 6/7/2007، والذي حضره عن الحركة كل من المحجوبي أحرضان وامحند العنصر، نجد تصريحات جريئة وقد تكون مفاجئة بالنسبة إلى القارئ والمتتبع، بل إن بعضها يتجاوز ويتناقض صراحة مع الخلاصات الشفوية التي أعلن عنها رئيس مجلس الجالية لبعض الصحف والمنابر، ولا بأس كذلك أن نقتطف تصريحات مثيرة لكل من العنصر وأحرضان. يقول العنصر، في سياق الجواب عن كيفية تشخيص السياسة الجديدة بهذا الشأن: «في ما يخص التمثيلية، من الصعب في المرحلة الأولى أن يتم إدماج كل العناصر في الانتخاب كما لا يمكن أن يكون بالتعيين. فلابد من الوسيلتين تحقيقا للمصداقية». يمشي أبعد من ذلك المحجوبي أحرضان وبجرأته المعهودة والمستفزة ليقول: «ليس عبثا أن أودع صاحب الجلالة الملف بين يدي المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان. إذا كانت حقوق المغاربة هنا (المغرب) غير كاملة، فإنها ينبغي أن تكون كاملة في الخارج لأنها صورة البلد»، أثناء ذلك يعود العنصر معقبا بالفرنسية وبشكل لافت للانتباه: «يجب أن يكون مجلس الجالية بمثابة برلمان للجالية المغربية بالخارج». في نفس السياق وبجرأة أو وضوح متفاوتين، ذهبت تصريحات باقي القيادات الحزبية تقريبا بدون أي استثناء، ليبقى السؤال عن أية مشاورات اعتمدها المجلس الاستشاري لحقوق الإنسان والمسؤولين عن هذا الملف؟ وعن أي إجماع يتحدث رئيس مجلس الجالية لكل الفاعلين السياسيين حين يدعو إلى اعتماد آلية التعيين واختصار مهام المجلس في ما لخصته الورقة اليتيمة لمشروع نشاطاته المقدم للجمعية التأسيسية المنعقدة بتاريخ 6 و7 يونيو من هذه السنة؟ لن يكون تجاوزا ولا اتهاما مجانيا التأكيد على أن المسؤولين عن الرأي الاستشاري المرفوع إلى الملك متورطون في مخالفة الحقيقة في ما يتعلق بآراء ومواقف الأحزاب السياسية، بالإضافة إلى رأي الجالية


بعض أفراد الجالية يتهم هؤلاء بالاستخفاف بالديمقراطية وبالأحزاب وبالجالية. الخلاصة أن اللقاءات مع قيادات الأحزاب خرجت في ما يتعلق بمهام مجلس الجالية وطريقة تعيين أعضائه بعكس ما أشار به الرأي الاستشاري المرفوع إلى الملك، وبالتصريحات التي أدلى بها رئيس المجلس إلى بعض الصحف الوطنية (الأيام عدد 332 بتاريخ 12/6/
2008 وماروك إبدو عدد 795 بنفس التاريخ

23 juin 2008

Reportage

Reportage sur la conference par la TV Hollandaise.
pour voir le reportage visiter le lien suivant:

http://player.omroep.nl/?aflID=7341381&md5=f5df8817c5f2ba0ba207e6d13995f939

18 juin 2008

Résumé de la conférence sur les MRE du 7 juin dernier aux Pays-Bas





La ville de Haarlem aux Pays-Bas a connu le 7 juin 2008 une conférence ayant comme sujet « Les Marocains de Hollande : Un instant pour passer les choses en revue et y mettre de l’ordre ».
Cette conférence qui a été organisée par la Plate forme intercontinentale des MRE en collaboration avec le Conseil islamique de Hollande, a rassemblé plus de 100 participants.
L’organisation de cette conférence s’inscrit pleinement dans le cadre de la situation de turbulence et de dispersion que connaît la Communauté marocaine résidant en Hollande, sans oublier la mauvaise réputation que lui collent les médias de masse sous toutes ses formes, ce qui n’inspire pas à l’optimisme.
Jamal Ryane, Président de la Plate forme intercontinentale des MRE, a ouvert la conférence par un mot de bienvenue, en faisant allusion aux problèmes divers vécus par les MRE, tout en invitant les jeunes à investir les domaines de la communication et de la politique. Il a également abordé le rôle joué par les soldats marocains dans la libération de la Hollande, du nazisme. Il a également revendiqué l’instauration de la journée du martyr marocain, afin qu’un hommage lui soit rendu annuellement le 4 mai, ceci afin que les Européens sachent que les Marocains ne sont pas venus dans un premier temps pour améliorer leur niveau de vie économique, mais plutôt pour libérer l’Europe du nazisme et du fascisme.
En ce qui concerne le champ religieux, Jamal Ryane a insisté sur la nécessité de procéder à une opération chirurgicale et de ne pas laisser des profanes diriger les mosquées, qui sont appelées à jouer un rôle politique dans le quartier, tout en étant un centre ouvert aux jeunes pour les prémunir contre les groupes extrémistes. Il a finalement conclu par l’appel au rejet des conflits et du tribalisme.
Le professeur et docteur David Pinto, juif marocain, a fait une intervention qui a été applaudie par le public présent à propos des Marocains de Hollande et la politique. Il a parlé de la nécessité pour la communauté marocaine de ne compter que sur elle même et de se prendre en charge. David Pinto a également noté que l’intégration et la participation des Marocains au sein de la société hollandaise, ne sont pas un obstacle pour l’attachement à l’identité marocaine et islamique et à leur droit de la préserver.
Il a abordé la question de l’enseignement de la langue arabe qui se passait en lieu et place des cours de néerlandais et de mathématiques, et où l’enfant marocain était perdant. Il s’est demandé s’il s’agissait d’une politique qui visait à exclure l’arabe du cursus scolaire, ce qui est de plus en plus le cas. La participation à la vie politique est en effet nécessaire pour nous (MRE) imposer, et avoir de l’influence sur la politique générale menée par les partis au pouvoir.
Dans son intervention à propos de la situation de la femme marocaine, Fatima Taihane, conseillère communale, a mis l’accent sur le succès engrangé par la fille marocaine dans le domaine de l’éducation. 70% d’entre elles parviennent à l’enseignement supérieur et académique. Elles dépassent de loin les garçons qui, eux, abandonnent tôt et par grand nombre les établissements scolaires, sans diplômes.
En contrepartie, le succès réalisé par les filles a eu des répercussions négatives quant à la composition de la famille. Fatima Tahiane a souligné le fait que la femme marocaine atteint des postes importants, et que désormais, nous disposons de marocaines au sein du paysage audio-visuel hollandais.
Le professeur Anas Bendrif, chercheur en islam, a parlé du rôle de la religion et de celui des mosquées marocaines dans la participation de la communauté marocaine au sein de la société hollandaise. Il a abordé le rôle de la mosquée à travers les siècles et du rôle qu’il a joué et qu’il continue à jouer. Abas Bendrif s’est demandé si l’Europe, après les évènements du 11 septembre et de Madrid, cherchait à développer un islam européen, qui irait de pair avec son développement.
Il a exposé les bienfaits de l’expérience turque, a insisté sur le fait que la mosquée doit rester ouverte en tant que centre de communication à l’intérieur du quartier avec des gérants compétents, et que cette dernière ne devrait pas devenir une copie des mosquées rurales marocaines.
Il a rendu hommage à la jeunesse marocaine qui a réussi à se maîtriser face à la sortie du film Fitna du parlementaire extrémiste de droite Geert Wilders, puis qu’il n’y a pas eu d’actes violents comme l’aurait souhaité l’extrême droite.
Ed Klute, le directeur du prestigieux institut de communication Mira Media, a parlé des médias de masse hollandais et de leur comportement à l’égard de la communauté marocaine. Il a confirmé le manque d’objectivité des médias hollandais vis-à-vis de la communauté marocaine et des musulmans en général, surtout après les évènements du 11 septembre et l’assassinat du réalisateur Théo Van Gogh.
Il a rendu hommage à la conscience et à la sagesse avec lesquelles la communauté marocaine a fait face au film Fitna et a rappelé la nécessité de former de cadres marocains spécialisés dans le domaine de la communication sous toutes ses formes.
Ensuite, un débat avec le public a porté sur la situation pénible que traverse la communauté marocaine et les voies pour y remédier. La plupart des intervenants étaient unanimes sur le fait qu’il était que la communauté marocaine s’unisse en vue d’affronter les défis auxquels elle fait face.
Il a également été décidé d’organiser une conférence en novembre prochain, au cours de laquelle l’on discutera des moyens d’unifier la communauté marocaine en Hollande dans un cadre représentatif de ses intérêts et de qui serait son porte parole officiel.

دعوة إلى الحفاظ على الهوية الإسلامية لمغاربة هولندا


ندوة في هولندا حول واقع الجالية المغربية


05 juin 2008

Programma conferentie Plateforme Intercontinentale des MRE 07 juni 2008

Marokkanen in Nederland: Tijd voor aandacht


18.00 uur Ontvangst en inschrijving

18.30 – 18.32 uur Opening door Chaïb Lajlufi, dagvoorzitter.

18. 32 – 18.35 uur Koran recitatie door Imam Moustapha Ben El Moudden.

18.35 Welkomstwoord door Jamal Ryane voorzitter Plateforme des MRE en Yahia Bouyafa bestuurslid Nederlands Moslims Raad.

18.45 – 19.00 uur Inleiding I: De Marokkanen in Nederland en de politiek door Prof. Dr. David Pinto (grondlegger van het Inter- Cultureel Instituut.

19.00 – 19.15 uur Inleiding II: De positie van de Marokkaanse vrouw in Nederland door Fatima Taihan (fractie Pal Groenlinks gemeenteraad Leeuwarden).

19.15 – 19.30 uur Inleiding III: De religie en de rol van de moskeeën in de participatie van de Marokkaanse gemeenschap in Nederland door drs. Anas Bendrif (Islamoloog).

19.30 – 19.45 uur Inleiding VI: De media en de participatie van de Marokkanen in Nederland door Ed Klute (directeur Mira Media)

19.45 – 20.00 uur Pauze

20.00 – 21.00 uur Discussie tussen de panelleden en de zaal

21.00 – 21. 15 uur Conclusies en afronding
21.15 uur Diner + Cabaretier

19 mai 2008

M. NADRANI EMIR VAN DE RIF - BEN ABDELKRIM


MAROKKO 1920-22 • OORLOG TEGEN DE SPANJAARDEN-->
Strip (hardcover, kleur)
• De legendarische Ben Abdelkrim Khattabi, alias Mouray Mohand, is het symbool van de opstand van de Riffijnen in Marokko: eerst tegen de Spaanse en Franse koloniale overheersing, en vervolgens tegen het centrale gezag. Jurist en journalist Abdelkrim versloeg in 1921 als commandant van een kleine groep Riffinse strijders het 20.000 man tellende Spaanse leger en de elitetroepen van Franco die daarop ter versterking naar de Rif waren gestuurd. In het bevrijde Noorden van Marokko stichtte hij in 1922 de Rif-republiek. Mohamed Nadrani vertelt het verhaal van de ‘eerste bevrijdingsbeweging van de twintigste eeuw’, een strijd waar de Berbers met trots op terugkijken.
Vertaald uit het Frans; oorspronkelijke titel: L’Emir Ben Abdelkrim.

18 mai 2008

Des MRE des Pays-bas « investissent » le Maroc


Depuis 11 ans, IntEnt (International Entrepreneurship), une fondation néerlandaise qui soutient des jeunes entrepreneurs souhaitant investir au Maroc a développé une méthodologie pour sélectionner, former, préparer et soutenir les entrepreneurs migrants. Un programme complet accompagne les futurs chefs d’entreprise dans leurs démarches et il s’adresse en priorité aux hommes / femmes qui envisagent de créer leur propre entreprise sur le sol marocain.

Pour mieux marquer son empreinte et son engagement envers le public désireux de créer une entreprise, IntEnt a choisi la date symbolique du 10 août, journée nationale des MRE, pour annoncer la localisation de son premier bureau à l’étranger et la naissance de IntEnt Maroc. « Nous souhaitons renforcer les liens avec les principaux pays européens de manière à encourager et faciliter les démarches des futurs entrepreneurs. Depuis sa création, IntEnt Maroc a conclu des partenariats avec beaucoup d’associations et organismes européens. Ce bureau de Casablanca permet de faire la liaison et d’accueillir les missions startup néerlandaises. Il coordonne, reçoit et accompagne la nouvelle vision pour l’année 2008 », indique Asmae Idrissy, directrice à IntEnt Maroc.

Ainsi, et pour la seconde saison consécutive, la fondation IntEnt a organisé un casting pour détecter, identifier et lister les porteurs de projets économiques, version 2008. Le 28 mars dernier, IntEnt, financé par le ministère de la Coopération Internationale des Pays-bas, la commission européenne et des ONG, avait assuré des formations techniques aux Pays-bas, puis au Maroc, aux entrepreneurs néerlandais d’origine marocaine à developper leur projet de création d’entreprise au Royaume. « Les cessions de préparation ont débuté aux Pays-Bas par un workshop dans le but d’initier les candidats au business marocain.

Ensuite, ils ont développé un plan d’affaires assistés d’un conseiller en affaires néerlandais. Parallèlement, ils ont mis sur pied un projet pour leur étude de marché afin de bien diagnostiquer l’environnement. Et enfin, le déplacement au Maroc avec comme objectif de leur permettre d’approfondir, compléter leurs connaissances et apprendre à connaître le pays », précise Asmae Idrissy. Après avoir été introduits dans les entreprises partenaires et le soutien de bureaux d’études, les candidats à la création d’entreprise ont réalisé des études de marchés individuels. « Cet exercice a permis à chacun de franchir un palier. En effet, individuellement, chacun s’est retrouvé face à son propre projet de vie » dit-elle.

En fin de visite, un bilan sera établi. Il permettra de positionner le travail et de mesurer concrètement les avancées, les carences et les lacunes afin d’évaluer les moyens à mettre en œuvre pour assurer le succès de leur entreprise. « Le programme IntEnt est voué à dépasser les premiers obstacles rencontrés dans le business au Maroc au travers d’une démarche pragmatique. En outre, ce projet permet d’apporter un regard neutre sur le Maroc, les candidats ont une autre vision du pays d’origine de leurs parents. L’opportunité d’être en groupe, c’est l’occasion rêvée pour se faire une idée plus précise sur le pays », conclut la Dg de IntEnt.

Témoignage d’un candidat de la Startup 2007

Parmi les projets sélectionnés en 2007, nombre d’entre eux ont pu aboutir avec succès. Ilhame Lamrani, 22 ans, a suivi des études dans le domaine du tourisme. Elle a créée une entreprise dédiée au prêt-à-porter traditionnel. « J’ai toujours été fascinée par la Maroc. Quand j’ai compris qu’il y avait des opportunités d’affaires, j’ai pris mon courage à deux mains pour m’y installer. Certes, j’ai rencontré de nombreuses difficultés, mais cela ne m’a pas empêché de poursuivre mes efforts. Lorsqu’on est bien préparé, on est plus fort pour surmonter les obstacles. Il faut avoir la capacité d’improviser pour trouver des solutions », dit-elle. Sur l’avenir, Ilhame Lamrani déclare que « si seulement je pouvais prédire l’avenir. Mais comme le dit le proverbe marocain, ‘pense positivement et tu trouveras’ ».

Source : La Nouvelle Tribune - Rachid Hallaouy

12 mai 2008

De Marokkanen in Nederland: Tijd voor aandacht


UITNODIGING

C O N F E R E N T I E

De Marokkanen in Nederland: Tijd voor aandacht


Zaterdag 07 juni 2008

Er heerst steeds onbalans binnen de Marokkaanse gemeenschap in Nederland, men is zeer bezorgd over de positie en de situatie van de Marokkanen in Nederland.
Hoe komt dat?
Komt dat door dat de media keer op keer ons zwart schildert, de houding van het Nederlands politici en of door het gebrek aan leiderschap.
Met een open discussie/ debat willen wij samen met U proberen antwoorden te geven op deze vragen.

Derhalve organiseert Plateforme Intercontinentale des MRE een conferentie met als motto:

Tijd voor aandacht

Thema’s die aan bod komen zijn:
Positie van de Marokkanen in Nederland
De politici c.q. de politiek en de Marokkanen
De media en de Marokkanen
De Moskeeën
Op weg naar de eenheid binnen de Marokkaanse gemeenschap

De conferentie zal gehouden worden in het van der Valk hotel (hotel Haarlem Zuid) http://www.hotelhaarlemzuid.nl/ te Haarlem op 07 juni 2008, U wordt hiervoor van harte uitgenodigd.

Inloop vanaf 18.00 uur Aanvang 18.30 uur Einde 22.00 uur

Wij zien U graag op zaterdag 07 juni 2008
Uiteraard is er na afloop van de discussie de gelegenheid om onder het genot van een drankje en hapje uitgebreid informeel na te praten.

A A N M E L D I N G
U kunt zich voor de conferentie aanmelden door het bijgevoegde aanmeldingsformulier volledige en met blokletters in te vullen. Uw deelname aan de conferentie is kosteloos.

Zodra wij van U het aanmeldingsformulier van u retour ontvangen krijgt u van ons een brief waarin we uw aanmelding bevestigen. Ook sturen we daarbij een routebeschrijving.

Aanmeldingsformulier

(s.v.p. een formulier per deelnemer gebruiken)

Ja, ik kom naar de conferentie Tijd voor aandacht op 07 juni 2008 in Hotel Haarlem Zuid te Haarlem.

Naam van de organisatie (indien van toepassing):

.......................................................................................................

Naam en voornaam:…………………….........................................(m/v)

Adres:...........................................................................................

Postcode en plaats:....................................................................

Telefoon:…………........................................................................

E-mail:………………………………………………………………………

Dit antwoordformulier kunt U tot uiterlijk 1 juni 2008 Terugsturen naar het volgende adres:
Plateforme MRE
Postbus 4327
2003 EH HAARLEM

En/ of mailen naar: plateforme.mre@gmail.com

Let op!
S.v.p. invullen en versturen vóór 1 juni 2008


08 mai 2008

Conférence

LES MAROCAINS DE HOLLANDE: UN INSTANT POUR PASSER EN REVUE LES CHOSES ET Y METTRE DE L'ORDRE

Au sein des MRE de Hollande règne un état de turbulence et de dispersion. Leur réputation dans les divers mass-média ne présage rien de bon. Tout le monde s'interroge quant à la direction à prendre.

Et comment en est-on arrivé là?
Est-ce les mass-média qui sont responsables de la situation dégradée dans laquelle vit cette Communauté?
Où est-ce les politiciens qui exploitent la situation en vue de réaliser des acquis électoraux?
Où doit-on imputer cela à l'inexistence d'organisation à l'intérieur des rangs de cette Communauté?

Et donc, dans une tentative de recherche de réponse à cette question et à d'autres également, que la Plateforme intercontinentale des MRE organise une conférence sous le thème:

Les Marocains de Hollande: Un instant pour passer les choses en revue et y mettre de l'ordre

Au cours de cette conférence, on va aborder les sujets suivants:

* la situation socio-économique des MRE de Hollande
* l'image du citoyen marocain dans les mass-média hollandais
* les voies pour unifier les rangs des MRE

En vue d'enrichir le débat ainsi que pour échanger les idées et les propositions;


Nous, Plateforme intercontinentale des MRE, avons invité toutes les organisations de la société civile, les observateurs, les politiciens, et la presse à venir à participer à cette conférence.

Lieu de la conférence :
Haarlem-Hotel Haarlem Zuid (www.hotelhaarlemzuid.nl)

Date: 7 Juin 2008.

Du 18.00 heures a’ 22.00 heures

Pour les gens qui veulent participer, il faut le confirmer avant le 1 juin 2008 a’ travers :
plateforme.mre@gmail.com

ندوة 7 يونيه

المغاربة في هولندا: لحظة من أجل المراجعة والترتيب


تسود الجالية المغربية في هولندا حالة من الاضطراب والتشتت. وسمعتها في وسائل الإعلام بكل أنواعها لا تبعث على الارتياح. والجميع يتساءل حول الاتجاه الذي تسير فيه.فكيف وصلنا إلى هذه الحالة؟

هل الإعلام هو المسؤول عن الوضعية السيئة التي تعيشها الجالية المغربية؟

أم السياسيون الذين يستغلون الوضع من أجل تحقيق مكاسب انتخابية؟

هل يمكن رد كل هذا إلى انعدام التنظيم داخل صفوف الجالية؟

وفي محاولة للبحث عن أجابات حول كل هذه الأسئلة وغيرها



تنظم أرضية ما بين القارات للمغاربة المقيمين بالخارج ندوة تحت شعار

المغاربة في هولندا: لحظة من أجل المراجعة والترتيب

خلال هذه الندوة سيتم تناول المواضيع التالية
· الوضعية الاجتماعية والاقتصادية للجالية المغربية في هولندا
· صورة المواطن المغربي داخل الإعلام الهولندي
· سبل توحيد صف الجالية المغربية


ومن أجل إثراء النقاش وتبادل الأفكار والاقتراحات فإننا في أرضية ما بين القارات للمغاربة المقيمين بالخارج نهيب بمنظمات المجتمع المدني والمهتمين والسياسيين والإعلاميين للمشاركة في الندوة

بعد نهاية الندوة هناك فسحة لتناول وجبة العشاء

المشاركة مجانية

مكان الندوة
Haarlem-Hotel Haarlem Zuid (http://www.hotelhaarlemzuid.nl/)
التاريخ: 7 يونيو 2008
الوقت: ابتداء من الساعة 18.00 إلى غاية الساعة 22.00



للمزيد من المعلومات يرجى الاتصال بالسيد قاسم أشهبون، هاتف
+31 (0)641038803

للراغبين في المشاركة في الندوة يرجى تأكيد ذلك عبر البريد الإلكتروني قبل 1 يونيه 2008

23 avril 2008

Réforme de la compensation, les riches doivent-ils payer plus d’impôts ?


Tout le monde (ou presque) convient qu’il faut corriger le système de compensation tel qu’il fonctionne aujourd’hui, en raison notamment des énormes déperditions de ressources qu’il génère ; ces ressources n’atteignant que faiblement les populations auxquelles elles sont destinées. Tout le problème est cependant de savoir comment décliner cette correction (ou cette réforme) ! C’est l’objet des consultations en cours, mais, depuis longtemps déjà, un mot revient comme un leitmotiv : le ciblage.

Pour un usage efficace de la subvention, explique-t-on ici et là, il faudrait parvenir à en réduire le montant, de plus en plus élevé, tout en améliorant substantiellement les revenus des plus faibles. Ainsi présenté, l’objectif recherché ne souffre aucune contestation possible.
Récemment encore, des experts de la Banque mondiale ont présenté à Rabat les expériences de ciblage mises en place par l’Indonésie et le Mexique.

Le problème est que si, dans l’absolu, le ciblage de la subvention paraît à la fois une démarche équitable et efficace, sa mise en œuvre ne va pas de soi. La preuve, on en parle depuis une quinzaine d’années, mais on ne fait qu’en parler ! C’est que, dans la pratique, les difficultés sont nombreuses pour asseoir une telle réforme : comment définir les pauvres ? et à supposer que ceux-ci soient correctement identifiés, comment s’assurer que la subvention (ou l’aide monétaire directe) leur parvienne ? quels mécanismes de contrôle, et éventuellement de recours, mettre en place ? comment savoir si les pauvres sont toujours pauvres, ou ne le sont plus ? comment savoir si ceux qui étaient à la frontière de la pauvreté n’y ont pas basculé entre-temps ? Autant de questions auxquelles il n’est pas aisé de répondre !

Les pauvres mais aussi les vulnérables

Curieusement, aucune alternative au ciblage de la subvention n’a été présentée. Il existe pourtant un moyen d’obtenir à peu près le même résultat que celui attendu du ciblage de la subvention : le ciblage de l’impôt. Puisque l’on considère, à juste titre, que les riches profitent des subventions plus que les pauvres, il suffirait alors de demander à ces riches de restituer la subvention par l’impôt. Il ne faudrait pas y voir un impôt sur la fortune, comme cela se pratique dans certains pays, mais une simple restitution de la subvention, moyennant une imposition adéquate.

C’est que, dans les conditions actuelles, marquées par un renchérissement des prix des matières premières, le ciblage de la subvention au profit d’un nombre limité de bénéficiaires risque de déboucher sur des mécontentements en série au sein des couches vulnérables, celles qui ne font pas encore partie des 14 % de pauvres mais qui risquent de le devenir. Autrement dit, si l’Etat sait ce que lui coûtent les subventions, sait-il ce que risque de lui coûter la réforme ? Le contexte ne paraît pas particulièrement favorable ; la réforme aurait dû sans doute être menée au moment où les prix n’avaient encore atteint les niveaux d’aujourd’hui.
Mais comment récupérer la subvention, indûment consommée par les riches ? « En taxant plus fortement les revenus qui dépassent un certain seuil », suggère un syndicaliste. L’Union marocaine du travail (UMT) ne cache d’ailleurs pas qu’elle est favorable à la création d’une tranche de l’impôt sur le revenu (IR) qu’il faudrait taxer à 50 ou 60 % par exemple. « Est-il équitable que celui qui touche 500.000 DH par mois, ou 300.000 DH ou même 100.000 DH soit imposé au même niveau [42 %, NDLR] que celui qui perçoit 5000 DH par mois ? », s’interroge Miloudi Moukhariq, secrétaire national de l’UMT, qui considère par ailleurs qu’un salaire de 5000 DH par mois, dans les conditions d’aujourd’hui, ne permet même pas à son bénéficiaire de se réclamer de la classe moyenne.

Quid de l’exonération agricole ?

Du coup, la refonte de l’IR est présentée par beaucoup comme un des moyens qui permettraient d’introduire plus d’équité et d’efficacité dans le système fiscal. Outre le fait que les bas salaires sont fortement imposés et que les plus élevés le sont moins, l’impôt sur le revenu a perdu de sa signification même, puisqu’il se résume pour l’essentiel à un impôt sur les salaires. Alors qu’en théorie, son assiette est composée de cinq catégories de revenus (les revenus salariaux, professionnels, agricoles, fonciers et de capitaux mobiliers), dans la pratique, une seule, celle des revenus salariaux, assure plus des trois quarts des recettes de l’IR.

Dans une étude fouillée sur la fiscalité marocaine, intitulée Evaluation d’un système fiscal controversé, et publiée dans le dernier numéro de la revue Economia, Najib Akesbi, économiste et fiscaliste, note que « (...) des données relatives à la structure des recettes de l’IR par catégories de revenus sur cinq ans (2000-2004) permettent de constater qu’en moyenne les seuls revenus salariaux sont à l’origine de 76,2 % des recettes en question ». Et la situation n’a pas changé depuis. Il y a trois mois, lors d’une rencontre-débat organisée par La Vie éco avec le directeur général des impôts, Nouredine Bensouda, celui-ci avait interpellé les professions libérales, en citant expressément les médecins, sur la faiblesse de leur contribution (et c’est un euphémisme) aux recettes fiscales.

Mais il n’y a pas que les professions libérales, il y a aussi l’agriculture, celle-là officiellement exonérée jusqu’en 2010, alors que beaucoup s’interrogent sur l’opportunité d’une telle exonération, du moins pour les gros exploitants. D’après l’étude de Najib Akesbi, les revenus professionnels ne rapportent que 10,9% des recettes de l’IR, et les revenus et profits fonciers et financiers respectivement 5,4% et 7,5%. Autant dire que l’impôt sur le revenu devrait plutôt s’appeler impôt sur les salaires !

Le même constat est établi à propos de l’impôt sur les sociétés (l’IS). Il est de notoriété publique que cet impôt repose en fait sur une minorité d’entreprises. Sur les 80 000 sociétés soumises à l’IS, analyse Najib Akesbi, 77 assurent à elles seules 44% des recettes de cet impôt ! Et « une centaine tout au plus fournissent entre la moitié et les deux tiers des recettes de l’IS », précise-t-il. Bien « normal » lorsqu’on apprend que sur les 65 518 (sur un total de 80 000 soumises à l’IS) entreprises qui ont déposé une déclaration de résultat en 2004, 41 587 (soit 63,4%) ont déclaré des résultats nuls ou déficitaires.

La baisse de l’IS contestée

Tout cela montre bien qu’il y a une marge à exploiter, mais comment ? « Il faut que tout le monde paie, mais en fonction de la capacité contributive de chacun ; et ce n’est pas le cas aujourd’hui. Pourquoi avoir baissé l’IS pour le secteur financier qui gagne beaucoup d’argent ? On aurait pu octroyer cette baisse aux seules petites et moyennes entreprises et, ainsi, on aurait du même coup contribué à faire entrer beaucoup d’entre elles dans le secteur organisé, et c’est autant de recettes supplémentaires », s’énerve un militant d’un parti politique.
En tout cas, ils sont nombreux dans les milieux syndical, politique et universitaire à considérer que l’impôt pourrait être opportunément utilisé par les pouvoirs publics pour « prendre et donner là où il faut ». Et l’Etat serait d’autant plus fondé à imposer un peu plus les riches que ceux-ci profitent non seulement de la subvention des produits de base mais aussi des taux préférentiels, voire des exonérations de TVA appliqués à certains produits et services. Najib Akesbi fait partie de ceux qui, depuis longtemps, ne cessent de dénoncer « l’asymétrie analytique » qui consiste à trop s’inquiéter du caractère aveugle de la subvention et ne rien dire sur le caractère tout aussi aveugle de la fiscalité indirecte.

Au Maroc, à l’instar des pays en développement ou en transition, la demande d’Etat, d’un mieux Etat s’entend, est fortement présente. Les seules lois du marché, de l’offre et de la demande, ne fonctionnent pas partout et de la même manière. Ne serait-ce que parce que, au Maroc, le marché, justement, « manque de transparence » et la concurrence y est « limitée ».
Mais l’Etat, pour intervenir, a besoin de ressources ; et celles-ci ne peuvent provenir, dans les conditions qui sont celles du Maroc, que de la fiscalité. Alors, faut-il que les riches paient un plus ?

Source : La vie éco - Salah Agueniou